Daniel de Roulet

une banane numérisée ne peut plus être mangée, un livre numérisé peut toujours être avalé… de travers

Virtuellement vôtre !

Posted on | mai 1, 1994 | Commentaires fermés sur Virtuellement vôtre !

virtuellement_votre

Un professeur d’imagerie numérique médicale dans un grand hôpital de Harlem cherche des fonds pour un projet de recherche sur la réalité virtuelle et notament la robotique. Il s’agit notamment d’assister par des reconstructions en trois dimensions la chirurgie automatisée des tumeurs du cerveau Pour faire avancer sa cause, il se soumet lui-même à une opération de chirurgie esthétique très médiatisée. Le professeur est un homme seul qui a tout sacrifié à la science et au pouvoir qu’elle lui donne. La Clinique est sa seule manière d’envisager la médecine. Depuis Pasteur, rien n’a changé, c’est pourquoi il faut s’opposer par tous les moyens aux tenants de l’ère post-Clinique qui veulent réformer son hôpital et faire des concession aux habitants de Harlem.

Une jeune Noire, sans logement et sans travail, un peu voleuse et très débrouille est à la reherche d’un abri pour l’hiver. Dans un hôpital de Harlem, elle trouve une salle que personne n’ocupe et y fait son nid, profitant d’y ammener un personnage qui s’intéresse au réseau informatique pour le pirater et détourner les robots.Le professeur et la jeune Noire ne se rencontreront que par “flirt virtuel”.

Prix Dentan 1994 Canevas éditeur. 

en allemand: Limmatverlag

« Pourquoi Virtuellement vôtre! est-il un petit régal? Parce que ce livre de 120 pages, rédigé aussi rapidement qu’un conte voltairien, est un roman complet, par ses thèmes comme par son écriture, qui sont réellement de notre temps. Voilà un ouvrage qui mêle la satire, l’ironie, la critique sociale, la peinture d’un milieu, l’étude de caractère et la réflexion sur le propre de l’être humain au regard des dernières découvertes scientifiques. Sans oublier une intrigue qui entretient le suspense au point que le lecteur pourrait avoir l’illusion de lire un vulgaire polar. Bref, tout y est! Jusqu’au style qui fait preuve d’une technique et d’un maîtrise qu’on qualifiera de classique puisqu’il exprime notre temps, les années 90. » Isabelle Martin, Le Journal de Genève.

Comments

  • Catégories

  • Articles récents

  • Étiquettes

  • Archives

  • mis à jour : 3 mai 2017