Un glacier dans le coeur

glacier  Editions Metropolis, 2009


« … les artistes suisses que j’aime ont feint de s’intéresser à l’étroitesse de leurs vallées, mais c’était parce qu’ils entrevoyaient derrière chacune de nos montagnes un horizon lointain. » 


Daniel de Roulet élabore une épopée intellectuelle et artistique très personnelle de la Suisse. Fragments biographiques, enquêtes sur des épisodes obscurs, portraits en forme de nouvelles, dialogues imaginaires, l’auteur passe imperceptiblement de la vérité à la fiction.

Il nous propose ainsi une relecture d’une relation amoureuse jamais aboutie à travers la correspondancede Robert Walser avec sa repasseuse, Frieda Mermet ; la lettre qu’il aurait aimé envoyer à Annemarie Schwarzenbach pendant son séjour en Iran ; une enquête, quasi policière, menée à Vichy, à propos du passé trouble de Le Corbusier ; un regard interrogateur sur Jean Tinguely et sa transformation à la fin de sa vie; un hommage à Harald Szeemann, commissaire d’exposition novateur qui lors de l’expo 02 présenta une machine à broyer les billets de banque ; une lettre au ministre de la culture à propos de l’exposition de Thomas Hirschhorn qui ébranla la Confédération…

Il rend ainsi un hommage à tous ces artistes, écrivains, penseurs qui, bien plus que tous les politiciens, ont permis à la Suisse de s’ouvrir au monde. « Les artistes sont les visionnaires qui perçoivent l’esprit du temps et les changements à venir. »

Longtemps immuables, les glaciers fondent. Et la citation d’André Gide – « Les Suisses ont tous un glacier dans le coeur » – de prendre une tout autre signification pour Daniel de Roulet: tout comme ses glaciers, la Suisse et son identité se « dissolvent dans la mondialité ». Sous-titré « Vingt-six manières d’aimer un pays et de le quitter – Un glacier dans le coeur », le nouveau, savoureux et piquant recueil de chroniques de l’écrivain suisse établi en France voisine est tout autant une réflexion sur l' »homo helveticus », les mythes qui le constituent et la manière dont il doit évoluer, qu’une série d’anecdotes savoureuses mettant en scène des personnages de la vie artistique ou politique de notre pays: une relation amoureuse jamais aboutie entre Robert Walser et sa repasseuse, le passage trouble du Corbusier à Vichy, les allers-retours de Ramuz entre Paris et Lausanne, la mort de Jean Tinguely. Un regard aussi acéré qu’emphatique. Isabelle Falconnier, L’Hebdo

Monif C Resort 2012 Collection
gay porn With featurettes and a Bugs Bunny cartoon

Many Choices of Walking Canes for Men
anime porn Place the shrimp tails in a bowl and season with the Creole seasoning

How to Make a Plaid Skirt Not Look Schoolgirl
youporn INDIVIDUAL PLANS MAY HAVE VARYING GUARANTEE REQUIREMENTS

Paradise for the fashion enthusiasts
porn hub After a break from the hearing

did I just buy some lady’s boots MFA
cartoon porn A shoe should be comfortable as well as stylish

Free Articles Online 2009 July
porno To make a belly ring

Luggage Packing Tips for The Road Warrior
snooki weight loss because the weight of the straps makes it hang upside down

Kim Kardashian Twitter and Photos Reveal New Year
miranda lambert weight loss How Men Wear a Bandanna

Un dimanche à la montagne

dimanche copieBuchet-Chastel, 2006 


 

  • Un terrorisme de jeunes gens bien élevés, que seule la paranoïa des services secrets pouvait avoir attribué à des organisations « venues du froid ». Jean-Claude Lebrun, L’Humanité, 16 mars 2006
  • Les 160 pages qui racontent ce fameux dimanche de janvier où il montait skis au pieds avec la femme qu’il aimait jusque vers le chalet honni sont superbes. Simples, justes et belles. Anna Libal, Femina, 12 mars 2006
  • Aujourd’hui, Daniel de Roulet livre non seulement un récit passionnant, mais une réflexion sur les errances d’un engagement politique romantique. Jacques Sterchi, La Liberté, 3 mars 2006
  •  Ce court texte nous fait revivre une époque… C’est aussi une réflexion douce-amère sur le temps qui passe et les amours perdues. Sylvie Tanette, Le Monde, 24 mars 2006
  • Un petit livre tendu, ironique, d’une subtilité condensée… le pur plaisir d’un récit virtuose. Michel Audétat, L’Hebdo, 2 mars 2006
  • Son récit est littéralement bouleversant. Ça m’a foutu les larmes et ce n’est pas mon genre. Christophe Passer, L’Illustré, 8 mars 2006
  • La langue de Daniel de Roulet se déploie simplement, mot après mot, semblable à une course à pied régulière, dont il est l’adepte. Avec humour, parfois dérision, la nuit dans le palace de Gstaad, la montée vers le refuge de l’éditeur, les doutes mi-héroïques mi-tartufe, les disputes entre amants, s’égrènent et s’amoncellent dans une composition sobre et touchante. MD Domaine public 13/2006
  • Dans le feu du souvenir, un roman magnifique.Un texte bouleversant. L’aveu en tire une pureté cristalline et givrée. Philippe Trétriack, Elle, 10 avril 2006
  • Du souvenir d’un moment intense à jamais disparu, Daniel de Roulet tire un beau livre, véritable voyage à rebours propice à la méditation. Daniel Rondeau, L’Express 13 avril 2006 
  • A lire, pour l’émotion que suscitent notamment les pages sur la mort de celle qui ut aimée. Mais aussi pour la lucidité d’un homme qui n’a pas peur d’affronter son passé A L Marianne, 13 mai 2006
  • De Roulet nos offre un récit distancié, plein de tact, frais comme l’amour. Emouvant. Ouest-France, Georges Guitton, 30 avril 2006
  • Le texte laisse la place aux doutes et aux interrogations quand tant d’auteurs qui se remémorent leur jeunesse le font avec les certitudes affermies par l’Histoire et les années passée. Aimé Ancian, Le Magazine littéraire, juin 2006
  • L’hallali contre Daniel de Roulet est terrifiant, à désespérer de la compétence de la critique littéraire helvétique… Un texte très beau et très simple… Une très belle histoire d’amour… Une grande lucidité… Un ton extrêmement juste, l’ambiance de Ramuz… Des dialogues très, très beaux… France Culture, Jeu d’épreuves 15 avril 2006Joseph Macé-Scaron, Clara Dupont-Monod, Alexis Liebart (Marianne), Nelly Kapriélan (Les Inrockuptibles), Alexis Lacroix (Le Figaro)

Haut de page

History of Body Waxing Hair Removal
rape porn How to Make a

First Lady Michelle Obama’s Fashion Personality
free black porn Spats are fabric coverings that button over a pair of shoes

Rita Konig on outdoor dining
large porn tube Three years later

Even child can pursuit fashion with Moncler jackets
black porn A number of operators offer sight seeing

Elements of Design in Textiles Clothing
cartoon porn out of this world fashion designer golf games into girlsense

Day in the Life of a Zine Editor
porno Never shy about expressing the need for comfort in women’s clothes

Mount Jewelry Armoire with Mirror
free gay porn I hope this helps

Is Macy’s Back On Top
christina aguilera weight loss and shrug it off

Chronique américaine

chronique   Editions Metropolis, 2005

Après la tragédie des tours jumelles, après la guerre en Irak, notre regard sur les Etats-Unis s’est troublé. Sous prétexte d’anti-impérialisme, nous avons laissé libre cours à la haine anti-américaine. Nous en avons fait des théories, des pamphlets. L’écrivain choisit une autre voie : la chronique. Au hasard de ses pérégrinations solitaires, il a croisé des personnages, des paysages. De ses rencontres sont issues de courtes histoires. Elles rendent compte d’un pays plutôt que de sa réputation. Cette Chronique américaine est une excellente lecture pour ceux qui auraient, ces dernières années, senti poindre en eux un antiaméricanisme (primaire, cela va sans dire) et qui en ressentent un léger malaise. Une bonne lecture aussi pour ceux qui persistent à béer d’admiration devant ces Etats-Unis censés savoir ce qui est bon pour le monde. Bref, une bonne lecture pour tous ceux que le rapport aux plus forts interroge. C’est avec légèreté que l’écrivain marathonien  parcourt le pays de New York à Seattle en passant par Indianapolis, l’introuvable Woodstock ou un trou perdu dans l’Indiana. » Elisabeth Gilles, Le Matin Dimanche.

On peut aimer les Américain sans aimer l’empire des Etats-Unis. C’est ce que prouve l’écrivain Suisse Daniel de Roulet au fil de ses chroniques américaines, un parcours animé, émouvant et drôle dans ce qu’il appelle les « zones d’autonomie temporaire » dans l’Amérique de Bush. Michel Contat, Le Monde.

Multilingual SEO Helps Business Websites in Selling Products in Different Countries
gay porn you shouldn’t have to settle for average

Davidson Jewelry Your Ticket to Ride in Style
free porn sites everyday appear associated with 30s

7 Ways To Love Difficult In
free hd porn Photo Shoot Ideas for a Teen Girl

7 Great Reasons to Work in Public Relations
milf porn Draw attention to the things you love about your body

19 Images You Won’t Believe Aren’t Photoshopped Part 12
large porn tube Korean and Hong Kong influences with a bit of European flavor

Top Designers Who Offer Petite Clothing
cartoon porn Fashion Souls Dark Souls

Fabulous Fashion for Big Women
snooki weight loss serif typefaces could pose problems for them

What Equipment Is Required to Be a Fashion Photographer
weight loss tips men fashion began to change

Nationalité frontalière

nationalité  Editions Metropolis, 2003

Comment dépasser le nationalisme qui nous entoure, qui est en nous ? Quelques principes mondialistes suffisent-ils ? A quoi ressemblerait une modeste démarche pour apprendre à piétiner les frontières sans vivre hors-sol ? L’auteur propose ici sa méthode. Il vivait d’un côté d’une frontière de l’Europe, est allé habiter de l’autre. Il peut ainsi regarder la France et la Suisse avec la même distance, la même nostalgie, sans jamais se laisser prendre aux pièges de la patrie. Il transcrit avec la même distance nos paysages, nos artistes, nos politiciens, nos commémorations, nos Juifs. Son ironie de fer rejoint parfois le rire clair du contrebandier. Elle mérite en tout cas le statut que Julien Gracq revendique pour ses personnages : nationalité frontalière.

« Daniel de Roulet sait écrire sur rien, un sapin de Noël, une boulangerie de village, des panneaux de route, un monument aux morts, une conversation de café, une aube banale. Rien n’est jamais rien si quelqu’un en décide ainsi. Pas un lieu, pas un instant de la vie de n’importe qui n’est condamné à l’indifférence si un auteur veut bien leur offrir des mots. » Le Temps, Joëlle Kuntz.

« Le livre de Daniel de Roulet, on s’en doute, m’intéresse par son projet: comment dépasser le nationalisme et apprendre à passer les frontières en riant? Mais avec un vrai rire, un rire d’insouciance, pas un rire de provocation à l’uniforme du douanier, ni de bravade. Et ce livre m’intéresse aussi par la tournure paradoxale de son titre, qui met en question le sens des mots: une nationalité est en générale « du milieu », elle n’est pas concevable dans les marges. «  Catherine Dubuis, Ecriture.

Amazing Dining Experience At The Restaurants In Mexico
rape porn Remember that exercising in boxer shorts

Designer Sue Wong unveils her Fall 2013 Great Gatsby Collection
milf porn pertaining to anyone buying cost-effective utility belt to choose maple hair strands

How to get it cheap
large porn tube These usually come to the surfer’s midthigh

Seal Your Love Forever With Valentines e Card
cartoon porn and when everyone’s dead

Nike Jordan 1 Flight Low Basketball Shoes Review
youjizz this is the label for you

Clothes Suitable for Wide Shoulders Narrow Bottoms
how to lose weight fast They want to lead expeditions up mountains

Seeing the Light for Fashion Portrait Photography
miranda lambert weight loss I’m a sensual man

Wear Geek Glasses and Give Your Specialty a Full Play
christina aguilera weight loss Chris will comment on business groups in more detail

Double

doubleEn août 1998 paraissait simultanément en français et en allemand unlivre appelé dans les deux langues Double. Ce n’était pas un roman, mais un rapport autobiographique où l’auteur racontait comment après avoir été lourdement surveillé par la police politique helvétique, il avait perdu successivement ses emplois et notamment le dernier, responsable informatique à l’hôpital cantonal de Genève.

Limmatverlag    Metropolis


  • Ce texte reprend le genre si fréquenté de l’autobiographie sous un angle radicalement neuf… un hymne à l’écriture Le Monde
  • Livre stupéfiant, unique dans le parcours d’un écrivain. Le Magazine littéraire
  • L’écriture du livre est précise, froide, désincarnée et efficace. Libération
  • Une honnêteté exemplaire. France Culture
  • Une réussite grâce à une langue directe et sans illusion. Stadtkulturmagazin, Cologne
  • D’une informaticien inconnu, la police suisse a fait un écrivain de renom. Falter, Vienne
  • Poussé jusqu’à la satire, un jeu de miroirs particulièrement amusant. StadtRevue
  • On commence à reconnaître Daniel de Roulet comme l’un des auteurs les plus intéressants de Suisse. Die Zeit
  • De Roulet a réussi à écrire le premier roman sur l’affaire des fiches en Suisse. Listen
  • Une plume très pointue. Hessischer Rundfunk
  • Un travail littéraire sur soi-même. TagesZeitung
  • Discret, exact et sans pathos, un rapport sur soi-même fascinant. Neue Luzerner Zeitung
  • Une merveilleuse histoire d’amour et l’histoire d’une génération. Moma
  • Elégant, réfléchi et d’une subtile ironie. CoopZeitung
  • Son talent littéraire…  son honnêteté… un roman extraordinaire. Neue Zürcher Zeitung
  • Un rythme à vous couper le souffle, une forme concise. Tages Anzeiger
  • Une partie de notre mémoire collective. Der Bund.
  • De Roulet, le joueur, n’a pas besoin de se hisser sur la tête des morts Wochenzeitung

——————————————————————————————————————————–

La vie, il y a des enfants pour ça

la vie


Canevas 1994

  • A peine un peu plus de cinquante pages. C’est le temps marathonien que Daniel de Roulet a choisi. Pour courir les quatre premières années d’une vie. Celle d’un petit garçon qui n’a pas de nom. Mais un contexte: des parent jeunes et difinitivement dynamiques… Parce qu’ils ont de si bons principes, désespérément optimistes. Des victimes du bonheur incurable. Mais sait-on jamais ce qui peut nous surprendre? La Liberté, Jean-Dominique Humbert.

  • On n’a jamais si bien décrit, avec juste ce qu’il faut d’élan et de distance ironique, les sentiments d’un père qui ne peut plus imaginer la vie sans son enfant: sa tendresse et sa patience, sa vigilance et ses indignations, le  nécessaire apprentissage  de la négociation. Ni ces moments (week-ends, vacances et même tour du monde) où « l’idyllique trinité » se recompose. Cinquante pages, un coin de paradis. Le Journal de Genève, Isabelle Martin.