La vie, il y a des enfants pour ça

la vie


Canevas 1994

  • A peine un peu plus de cinquante pages. C’est le temps marathonien que Daniel de Roulet a choisi. Pour courir les quatre premières années d’une vie. Celle d’un petit garçon qui n’a pas de nom. Mais un contexte: des parent jeunes et difinitivement dynamiques… Parce qu’ils ont de si bons principes, désespérément optimistes. Des victimes du bonheur incurable. Mais sait-on jamais ce qui peut nous surprendre? La Liberté, Jean-Dominique Humbert.

  • On n’a jamais si bien décrit, avec juste ce qu’il faut d’élan et de distance ironique, les sentiments d’un père qui ne peut plus imaginer la vie sans son enfant: sa tendresse et sa patience, sa vigilance et ses indignations, le  nécessaire apprentissage  de la négociation. Ni ces moments (week-ends, vacances et même tour du monde) où « l’idyllique trinité » se recompose. Cinquante pages, un coin de paradis. Le Journal de Genève, Isabelle Martin.