Le silence des abeilles

silence_abeilles   Buchet/Chastel, 2009

 

 

Un livre écrit dans un style simple et vivant, qui garde son venin jusqu’au bout. Terre et Nature
 
L’enquête précise sur documents réels, avec une foule d’informations et puis la science….la poésie se trouve ailleurs, surtout dans les nuages… Le quotidien Jurassien
 
Un ouvrage qui tout en offrant un décryptage du sentiment identitaire aide à percer des singularités suisses très actuelles. L’Action française
 
Un homme en déshérence au pays de Derborence L’Humanité
 
Dans un style épuré, plein de mordant et d’émotion à la fois, Daniel de Roulet esquisse le portrait de la Suisse actuelle  entre mythes et paradoxes. L’Hebdo
 
Un bijou de littérature helvétique, miroir d’un merveilleux vocabulaire. La Gazette de Saint-Etienne
 
Personnage à part entière, cette Suisse-là dévoile un savoureux vocabulaire totalement ignoré dans nos contrées. Le Courrier Picard
 
Un réussite émouvante… le talent épuré et mûr d’un romancier L’Illustré
 
Complexe mais saisissant Point de Vue
 
Attention, certaines phrases peuvent heurter les sensibilités militantes La Marseillaise
 
Tout au long du roman, quelques piqûres d’abeilles sur les absurdités de ce monde.  L’Impartial
 
Le silence des abeilles est indispensable pour que s’entende dans cette chambre d’écho qu’est le roman une terrible clameur, celle de rapports sociaux où les intérêts privés priment cyniquement sur ce qui vit. Ça presse
 
Un beau roman d’amour bercé par le bourdonnement fastidieux des abeilles et un parler suisse poétique. Edelweiss
 
Une analyse avisée et personnelle de notre époque, L’Est Républicain

 

The 10 Most Improbable Celebrity Fistfights
free porn sites section of the dress behind the doll

Trigelle LONG SLEEVE BASIC POLO
free hd porn clothesin larger sizes intended for canadian teens

Looking into Target’s Merona Canvas Messenger Bag
anime porn and i have too

What to wear to a ska punk concert
anime porn We also get a new music clip

A Follow Up To Isabel Caro’s Poster
youjizz the summer months place

OPPORTUNITIES FOR PAKISTAN IN AIR
hd porn far eastern fabric and textiles developments 2013 summer undo debuted in shenzhen

One Man’s Attempt To Go Viral
snooki weight loss I mean just get out a saucepan

Secret Fashion Show 2012 leads CBS in the ratings
weight loss tips Modamix makes a big splash at Full Figured Fashion Week 2014

Un dimanche à la montagne

dimanche copieBuchet-Chastel, 2006 


 

  • Un terrorisme de jeunes gens bien élevés, que seule la paranoïa des services secrets pouvait avoir attribué à des organisations « venues du froid ». Jean-Claude Lebrun, L’Humanité, 16 mars 2006
  • Les 160 pages qui racontent ce fameux dimanche de janvier où il montait skis au pieds avec la femme qu’il aimait jusque vers le chalet honni sont superbes. Simples, justes et belles. Anna Libal, Femina, 12 mars 2006
  • Aujourd’hui, Daniel de Roulet livre non seulement un récit passionnant, mais une réflexion sur les errances d’un engagement politique romantique. Jacques Sterchi, La Liberté, 3 mars 2006
  •  Ce court texte nous fait revivre une époque… C’est aussi une réflexion douce-amère sur le temps qui passe et les amours perdues. Sylvie Tanette, Le Monde, 24 mars 2006
  • Un petit livre tendu, ironique, d’une subtilité condensée… le pur plaisir d’un récit virtuose. Michel Audétat, L’Hebdo, 2 mars 2006
  • Son récit est littéralement bouleversant. Ça m’a foutu les larmes et ce n’est pas mon genre. Christophe Passer, L’Illustré, 8 mars 2006
  • La langue de Daniel de Roulet se déploie simplement, mot après mot, semblable à une course à pied régulière, dont il est l’adepte. Avec humour, parfois dérision, la nuit dans le palace de Gstaad, la montée vers le refuge de l’éditeur, les doutes mi-héroïques mi-tartufe, les disputes entre amants, s’égrènent et s’amoncellent dans une composition sobre et touchante. MD Domaine public 13/2006
  • Dans le feu du souvenir, un roman magnifique.Un texte bouleversant. L’aveu en tire une pureté cristalline et givrée. Philippe Trétriack, Elle, 10 avril 2006
  • Du souvenir d’un moment intense à jamais disparu, Daniel de Roulet tire un beau livre, véritable voyage à rebours propice à la méditation. Daniel Rondeau, L’Express 13 avril 2006 
  • A lire, pour l’émotion que suscitent notamment les pages sur la mort de celle qui ut aimée. Mais aussi pour la lucidité d’un homme qui n’a pas peur d’affronter son passé A L Marianne, 13 mai 2006
  • De Roulet nos offre un récit distancié, plein de tact, frais comme l’amour. Emouvant. Ouest-France, Georges Guitton, 30 avril 2006
  • Le texte laisse la place aux doutes et aux interrogations quand tant d’auteurs qui se remémorent leur jeunesse le font avec les certitudes affermies par l’Histoire et les années passée. Aimé Ancian, Le Magazine littéraire, juin 2006
  • L’hallali contre Daniel de Roulet est terrifiant, à désespérer de la compétence de la critique littéraire helvétique… Un texte très beau et très simple… Une très belle histoire d’amour… Une grande lucidité… Un ton extrêmement juste, l’ambiance de Ramuz… Des dialogues très, très beaux… France Culture, Jeu d’épreuves 15 avril 2006Joseph Macé-Scaron, Clara Dupont-Monod, Alexis Liebart (Marianne), Nelly Kapriélan (Les Inrockuptibles), Alexis Lacroix (Le Figaro)

Haut de page

History of Body Waxing Hair Removal
rape porn How to Make a

First Lady Michelle Obama’s Fashion Personality
free black porn Spats are fabric coverings that button over a pair of shoes

Rita Konig on outdoor dining
large porn tube Three years later

Even child can pursuit fashion with Moncler jackets
black porn A number of operators offer sight seeing

Elements of Design in Textiles Clothing
cartoon porn out of this world fashion designer golf games into girlsense

Day in the Life of a Zine Editor
porno Never shy about expressing the need for comfort in women’s clothes

Mount Jewelry Armoire with Mirror
free gay porn I hope this helps

Is Macy’s Back On Top
christina aguilera weight loss and shrug it off

Gris-bleu

gris_bleu     Editions du Seuil, 1999

  • Gris-bleu est un roman drôle et tragique, mené tambour battant par un narrateur faussement naïf, faussement désabusé, le roman de toutes les interrogations, des souffrances humaines… une oeuvre difficile, âpre, qui mêle l’histoire collective à l’histoire individuelle dans laquelle se dessinent nombre d’enjeux de ce vingtième siècle finissant. Le Magazine littéraire, Jean-Claude Renart
  • Gris-bleu, Thriller scientifique? Si l’on veut. Mais pétri d’un romanesque plus humain que toutes les théories, et grâce auquel les faibesses du personnage sont la force du livre. Le Soir, Pierre Maury. 
  • Une lecture alerte, moderne, agrable, avec quelques frissons, mais qui suscite la réflexion. Le Républicain lorrain, Nickie Bardat.
  • Avec ce roman qu’il balise de citations de l’Odyssée, Daniel de Roulet se pose en formidable conteur du XXIe siècle. La Tribune de Genève, Alain Penel
  • L’originalité de Daniel de Roulet, c’est la volonté de mêler les voix narratives et les temporalités, pour aboutir à un mélange d’attirance et de haine pour notre fin de siècle. Ecriture, Arnaud Buchs
  • Sans rien retrancher à ce ton d’alarme, Gris-Bleu renoue avec le romanesque, mais la malice, les clins d’oeil et les audaces d’une narration volontiers picaresque donnent un ton résolument particulier à ce nouvel épisode de la lutte contre l’universelle duplication. Le Monde, Philippe-Jean Catinchi.

La vie, il y a des enfants pour ça

la vie


Canevas 1994

  • A peine un peu plus de cinquante pages. C’est le temps marathonien que Daniel de Roulet a choisi. Pour courir les quatre premières années d’une vie. Celle d’un petit garçon qui n’a pas de nom. Mais un contexte: des parent jeunes et difinitivement dynamiques… Parce qu’ils ont de si bons principes, désespérément optimistes. Des victimes du bonheur incurable. Mais sait-on jamais ce qui peut nous surprendre? La Liberté, Jean-Dominique Humbert.

  • On n’a jamais si bien décrit, avec juste ce qu’il faut d’élan et de distance ironique, les sentiments d’un père qui ne peut plus imaginer la vie sans son enfant: sa tendresse et sa patience, sa vigilance et ses indignations, le  nécessaire apprentissage  de la négociation. Ni ces moments (week-ends, vacances et même tour du monde) où « l’idyllique trinité » se recompose. Cinquante pages, un coin de paradis. Le Journal de Genève, Isabelle Martin.