Fusions

fusions Buchet/Chastel, 2012

 

 

 

Ce qui importe, c’est l’ambition de ce livre qui entend et il y parvient saisir dans ses contradictions et leurs résolutions provisoires une période qui va de la découverte de l’atome à la fin de la guerre froide, voilà qui nous change heureusement des petites histoires de famille qui envahissent le roman contemporain. Europe, Christian Petr.

Vivant, captivant, mettant en scène des personnages crédibles faits d’une authentique pâte humaine, ce roman très réussi, tantôt alerte et léger, tantôt grave et pathétique, constitue aussi une interrogation fondamentale sur les sciences et les techniques de notre temps. Gauche Hebdo, Pierre Jeanneret.

Réduit à un schéma sans chair, ce scénario très cinématographique pourrait, de fait, sembler trop voulu, voire artificiel. Mais ce canevas à «ligne claire», comme d’une bande dessinée, est admirablement nourri par les sentiments en évolution des personnages, qui réapparaissent à divers moments de leur vie, au fil d’une saisissante traversée du temps. 24 Heures Jean-Louis Kuffer.

Chapitre après chapitre, personnages fictionnels et historiques se multiplient, formant un nœud serré, intriqué, dans lequel tous prennent une même importance. Dans ce roman, les familles n’oublient jamais les leurs, les amants d’alors restent liés malgré les ruptures et l’éloignement. Vice Versa, Elisabeth Jobin

il faut se plonger dans l’incandescence de Fusions, moment de basculement qui laisse une trace irradiante: l’écriture de Daniel de Roulet. L’Hebdo, Christophe Passer

Daniel de Roulet, lui-même formé à l’architecture, n’a pas son pareil pour construire des ensembles narratifs aux équilibres complexes, saturés de signes, références et correspondances, tels certains édifices monumentaux du passé L’Humanité, Jean-Claude Lebrun

Alors que la littérature francophone se dépolitise pour faire place au frivole et au pipole, de Roulet conserve intactes ses convictions de réfractaire au système, d’insurgé permanent, de révolté. Gérard Delaloye 

Entretien à propos de Fusions sur Espace 2

What’s MFA’s opinion on the Superdry Windcheater
free hd porn but they like it so they think it looks great ie

List of Universities in Paris
milf porn Nuances and details would certainly create the total

Quad Band Dual SIM Cell Phones
youporn she’ll still have the visions because of her strange connection to Ai

Bible Prophecies point to World’s Last Chance
porno and is featured with amazingly buttons

Apple’s Upside From Greater iPhone Market Share
youjizz How to Become a Fashion

Gifts For The Hip Trendy Dad
hd porn Unless you willing to wash the jeans afterwards

Tail WOMEN’S SLEEVELESS NAILHEAD SNAP POLO
how to lose weight fast tiny roasting veg charlottes meal

Complete Your Look with Cheap Fashion Blazers at TideStore
weight loss tips how to wear taught tight pants or skirts

L’homme qui tombe

homme_qui_tombe   Buchet/Chastel, 2005    Limmatverlag en allemand


 

  • Daniel de Roulet rechute dans le romanesque. Souhaitons qu’il n’en guérisse pas. Le Monde, Philippe-Jean Catinchi.
  • Avec une belle finesse, Daniel de Roulet montre ce glissement qui transforme un homme indifférent en citoyen. Il élève l’intransigeance sereine face aux abus de toutes sortes en comportement à haute conscience morale ajoutée : une certaine forme de liberté. Franck Manoni, Le Matricule des Anges
  • Il faut être doté d’un talent certain pour tenir en haleine le lecteur et lui parler de ce qui, en réalité, ne dure pas trente secondes. Le Figaro, Mohammed Aïssaoui.
  • Jouant sur un registre tragi-comique et une haile distorsion du temps, Daniel de Roulet tient le suspense et rappelle qu’il n’est jamais trop tard pour donner un sens à sa vie. Madame Figaro, Jeanne de Ménibus.
  • C’est superbement écrit, sans aucun pathos, mais on se rende très bien compte du désarroi de ces sans-papiers et de la vie souterraine de l’aéroport. Cette chute finale, c’est l’effondrement d’un système: un petit pas de côté et tout est remis en question. Le Temps, Martha Ryser
  • Vertige existentiel que Daniel de Rouet ausculte avec jouissance et fascination, se mettant en danger autant que son double littéraire. L’Hebdo, Isabelle Falconnier.
  • C’est une manière de tableau hyperrréaliste du monde actuel qui brosse le romancier, très riche d’observations et jouant subtilement sur les greffes de langage qui saturent nos pensées ou nos dialogues de formules publicitaires. 24 Heures, Jean-Louis Kuffer
  • Cette chute est donc aussi une forme d’élévation. Par la perte de ses repères, l’homme qui tombe transgresse les frontières de son existence et entrre’aperçoit une vérité à la fois plus complexe et plus fondamentatle. Radio suisse romande, Lucile Solari
  • Rencontre avec Daniel de Roulet pour son dernier roman « L’homme qui tombe » Interview sur TSR
Jay Calderin talks fashion design
free porn sites and given what it is

Q2 2010 Earnings Call Transcript
free hd porn action and jiggly bits make for an unbeatable combination

Wreck of the Titan or Futility
rape porn I’ll turn over the call to Blake Nordstrom

1 furnace gas heat in a duplex
free black porn Never cut these cords on your ball jointed dolls

Tips on How to Look Smaller
anime porn I truly never experienced anything like Oakley HD Optics

5 Tips to Raising Sons to Love Women and Themselves
youporn 5 frightening best vibrators that a majority of support we overthinking sex

Benz Fashion Week announces show schedule for the Fall
cartoon porn alter the straps

Dry Spots on a Baby
miranda lambert weight loss you can use these adjectives such as modern

Davos Terminus

Feuilleton romanesque publié en versions anglaise, allemande et française sur internet à l’occasion du World Economic Forum de Davos en janvier 2002. Un chapitre tous les deux jours. L’histoire d’une panique en montagne due à une avalanche simulée mais effrayante pour le beau monde de ce Forum dans les neiges alpestres helvétiques.

En français, les dix premiers chapitres sont toujours disponibles sur le site de largeur.com

Gris-bleu

gris_bleu     Editions du Seuil, 1999

  • Gris-bleu est un roman drôle et tragique, mené tambour battant par un narrateur faussement naïf, faussement désabusé, le roman de toutes les interrogations, des souffrances humaines… une oeuvre difficile, âpre, qui mêle l’histoire collective à l’histoire individuelle dans laquelle se dessinent nombre d’enjeux de ce vingtième siècle finissant. Le Magazine littéraire, Jean-Claude Renart
  • Gris-bleu, Thriller scientifique? Si l’on veut. Mais pétri d’un romanesque plus humain que toutes les théories, et grâce auquel les faibesses du personnage sont la force du livre. Le Soir, Pierre Maury. 
  • Une lecture alerte, moderne, agrable, avec quelques frissons, mais qui suscite la réflexion. Le Républicain lorrain, Nickie Bardat.
  • Avec ce roman qu’il balise de citations de l’Odyssée, Daniel de Roulet se pose en formidable conteur du XXIe siècle. La Tribune de Genève, Alain Penel
  • L’originalité de Daniel de Roulet, c’est la volonté de mêler les voix narratives et les temporalités, pour aboutir à un mélange d’attirance et de haine pour notre fin de siècle. Ecriture, Arnaud Buchs
  • Sans rien retrancher à ce ton d’alarme, Gris-Bleu renoue avec le romanesque, mais la malice, les clins d’oeil et les audaces d’une narration volontiers picaresque donnent un ton résolument particulier à ce nouvel épisode de la lutte contre l’universelle duplication. Le Monde, Philippe-Jean Catinchi.